DSC03483.JPG

Notre-Dame-au-Bois

4/1989 - 116 x 81 cm  - huile sur panneau

Ce tableau, je l'aime.  Au moment où j'écris ces lignes,  fin novembre 2017, il est  là, exposé dans le salon, sur ton grand chevalet.  

Je voyage dans cette cathédrale qu'évoque ton Notre-Dame-Bois.

Libre d'évoquer ta forêt telle qu'elle te parlait.  Ah!, cette liberté de peindre,  tu la chérissais par dessus tout. Oui,  libre de peindre ce coin de forêt à ta façon.  Ce tableau est une image de toi.

 

Je me sens   libre aussi  de me promener dans la cathédrale qu'évoque pour moi ton Notre-Dame-Au-Bois.    Je m'y promène;  je te sens à mes côtés, nous nous baladons en silence - respectueux de cette beauté qui s'offre à nous, nous ressource, nous apaise.  Rêves éveillés.

 

Aujourd'hui encore, en regardant ton tableau, je m'engage dans une promenade à nous deux - nous ne parlons pas - ce n'est pas nécessaire.  Nous communions paisiblement.  Partageons.

 

Ce tableau, il a été exposé à deux reprises;  beaucoup de visiteurs l'appréciaient;  il a souvent voyagé entre ton atelier et la salle à manger - j'aimais que nos amis l'admirent, même en silence …… c'est toujours intimidant de parler d'un tableau quand son créateur est présent - j'en sais quelque chose!

 

Une anecdote au sujet de ce tableau.  

Je demande à Michel : "tu n'as pas peur qu'on vienne voler dans ton atelier?"  

Il faut dire que celui-ci était ouvert à tout vent;  pas de clef, juste un petit verrou tout rouillé que nous tirions rarement ……  

Réponse de Michel,  dans un grand sourire : "ce ne serait pas mal qu'on vienne voler un tableau - cela signifierait que le voleur a bon goût - que mes tableaux ont de la valeur - ou tout simplement qu'ils aiment bien".  

Chapitre clos. 

DSC03483.JPG

" La forêt de Soignes est réputée forêt « cathédrale »

 

            Je la vois depuis la fenêtre du salon.

            Elle vibre d’une immobilité séculaire;

 

                        La terre mont au ciel,

                        Le ciel vient ici-bas.

 

L’origine du monde attend au fond."